La dépréciation de la Gourde, avec le professeur Enomy Germain, AZ-INFOS TGV fait le point

Pas besoin d’être un fin spécialiste en économie pour constater les nombreuses gifles qui tapent au visage de la monnaie nationale (Gourde) depuis un certain temps, surtout ces dernières années. Au point que, durant la semaine écoulée on a atteint l’épineux échelon de plus de cent (100) gourdes pour un (1) dollars américain. Ajoutant du même coup une nouvelle couche sur les déboires économiques de la population haïtienne.

Pour éclairer la lanterne de ses lecteur (trice)s, la rédaction d’AZ-INFOS TGV s’est tournée vers l’éminent professeur et économiste de référence, Enomy Germain qui, à travers son récent document traitant de la question sur la période allant de 2017 à 2020, soumis à notre rédaction, fait un étalage scientifique et analytique sur les raisons de la dévalorisation de la gourde et propose des solutions tant urgentes que considérables.

En effet, pour répondre à la question de savoir les raisons poussant à une dépréciation si rapide de la gourde face aux monnaies étrangères, notamment le dollar américain.

Ainsi, le professeur en a soulevé trois facteurs clés :

 » Premièrement, la Dollarisation de l’économie haïtienne : À chaque fois que le taux de dollarisation de l’économie augmente de 1%, le taux de change a tendance à augmenter de plus de 2%, toute chose égale par ailleurs. Il est à rappeler que l’économie haïtienne est très partiellement dollarisée (plus de
65% du total des dépôts du système bancaire se fait en dollar). Les agents économiques courent après le dollar pour épargner, ce qui augmente la pression.

Deuxièmement, le financement monétaire: À chaque fois que la masse monétaire augmente d’un (1) milliard de gourdes, le taux de change a tendance à augmenter de 4.8%. Notons que le financement monétaire est une puissante variable explicative de l’augmentation de la masse monétaire en Haïti. Entre octobre 2019 à mars 2020, le financement monétaire est supérieur à 21 milliards de gourdes. Record !

Troisièmement, la force du dollar sur le marché international : Ce facteur n’est pas à négliger parmi les variables explicatives du taux de change. En effet, à chaque fois que l’indice du dollar
(indicateur de la force du dollar) augmente de 1%, le taux de change en Haïti tend à augmenter
de 0.47%. Toute chose égale par ailleurs. À rappeler que les USA sont un grand partenaire commercial d’Haïti. »

Ainsi dire, nous pouvons constater que le problème de production dont il est souvent question n’est pas mentionné. Selon l’économiste, le faible taux de production locale n’est pas un facteur de premier plan dans la dépréciation de manière exponentielle de la gourde sur la période allant de 2016 à 2020. En outre, il a rappelé qu’entre Octobre 1990 à Mars 2020 : le taux de change a augmenté de plus de 1180%. Considérable !

À souligner que, le taux de change à la Unibank Haïti pour le 17 Avril 2020, USD/HTG, le dollar americain s’achète à 100. 25 HTG et se vend à 102.00 HTG.

Plus loin pour remédier à ce problème, Professeur Germain, appelle l’État à prendre des décisions économiques drastiques. Surtout en ce qui a trait à la circulation du dollar américain sur le sol haïtien, presqu’à part égale de la gourde. Cela crée une rivalité face à laquelle la gourde se voit impuissante. En revanche, du côté de la République Dominicaine, la remarque est largement différente, la priorité est entièrement accordée au Peso dominicain dans les diverses transactions commerciales.

Cela dit, permettre à la gourde de reprendre sa marche en avant relève essentiellement de l’État dans ses différentes prises de décisions, notamment sur le plan économique. Sans toutefois ignorer l’importance de la production locale. Aujourd’hui, le constat est alarmant. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés, sinon la situation risquera de s’aggraver encore plus dans les jours à venir.

De tout ce qui précède, n’est-il pas impérieux pour l’État haïtien de réunir autour d’une table l’ensemble de ses compétences en économie pour réfléchir, échanger des idées pour le seul intérêt du pays de façon à sortir avec un élément porteur d’espoir pour l’économie haïtienne et de renforcement des valeurs de la gourde face aux monnaies étrangères ? Et, pourquoi la majorité des transactions économiques à coût élevé se fait exclusivement en dollar américain ? En fait, ne faudrait-il pas limiter le plus que possible la circulation du dollar américain dans l’économie nationale ?

Les vifs remerciements de la famille AZienne à professeur Enomy Germain, pour son indulgence manifestée de fort belle manière à son égard ! Bonne continuation M. Germain !

Chrismann Jean-Jacques TOUSSAINT
t.chrismann05@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s