Haïti, la jungle où les lions abandonnent la couronne à des minables rongeurs – AZ-INFOS

Nous assistons depuis des lustres à la répugnante scène en Haïti, où les intellectuels conscients, les fins lettrés s’érigent en grands observateurs d’une barque au bord de la catastrophe. Ainsi, comme prétendus subterfuges, on voit défiler des ennemis de la patrie, des hypocrites, des étrangers, des voleurs, des corrompus, l’avenir se dessine sur un tableau plus que sombre.

À cela, aujourd’hui si nous avons autant d’incapables aux timons des affaires à qui la faute ? Lorsque les chats s’en foutent royalement de la promenade meurtrière des rongeurs dans son entourage, à quoi peut-on s’attendre ?Attend-on peut-être un Héros qui tarde encore à atterrir !

La République perd toutes ses couleurs, alors qu’en son sein on peut contrôler des femmes et hommes minutieusement instruits, armés pour venir à sa rescousse. Pourquoi cet abandon de la terre qui vous a vu naître et grandir ? Dans mon cris, j’interpelle tous les enfants conséquents du pays à faire faisceau contre les chenapans de toute sorte et les barricades érigées face au bien-être du peuple haïtien.

Vous vous taisez, vous cherchez uniquement de quoi vivre, vous vous enfermez dans votre petite boîte de confort, votre salaire vous suffit, vos revenus vous ferment les yeux, les intérêts mesquins vous noient dans l’abyssal fosse du « je m’en fous » alors que vous espérez un aller mieux, de qui et d’où sera-t-il venu sinon que de NOUS ? Des malfrats viennent et prennent nos institutions d’assaut, ils se disent : Présidents de la République, Sénateurs, Députés, Premiers Ministres, Ministres, Directeurs généraux, ils sont là, ils pillent, ils vident le pays de ses ressources, et même humaines. Comble de malheur, les bras croisés, la bouche cousue, la masse qui se serait dite critique s’adonne à une observation sans commune mesure. Pensez-vous disposer d’une certaine chance de vous en sortir lorsque le naufrage sera vraiment complété ?

Entre autres, ils se disent commissaires du gouvernement, ils se disent juges, ils se disent membres influents de l’Opposition politique, ils se disent de la bourgeoisie, ils osent même dire qu’ils travaillent honorablement pour le pays. Ils sont des sans conscience, ils sont des criminels, ils sont des voraces, leur gestion de la chose publique projette une odeur nauséabonde. Ceci étant dit, ils ne peuvent être porteurs de la parole de la vraie Haïti, ils sont dépourvus de la capacité requise pour diriger la barque de cette nation. Masse critique d’Haïti, où êtes-vous?

C’est inadmissible qu’en 2020, nous ne disposons pas d’un centre hospitalier de référence, d’une université de classe même régionale, d’un complexe sportif, d’une école moderne, pas de route, pas de production locale. Au contraire, ils nous offrent la misère, l’assassinat de nos pairs, l’injustice sociale, des projets bidons, l’inflation, l’insécurité, la peur, la dévalorisation de la monnaie nationale, l’importation, une école archaïque, grèves à outrance au sein de l’administration publique, une presse achetée à prix d’or, l’exil de nos valeurs. Et là, la descente en enfer se poursuit dans notre pays transformé en fournaise. C’est à quand le réveil citoyen sujet à changer la donne ? Qu’attendez-vous d’autres pour fouetter votre orgueil et dire NON aux agissements de ces vilains microbes étatiques ?

De la passivité et du mutisme de l’élite intellectuelle éclairée, les écervelés en profitent à cœur joie. En effet, des massacres perpétrés, en veux-tu, en voilà, dans les quartiers, élections des brigands, condamnation des innocents, ils poussent les cerveaux de la nation à nager dans la rivière noirâtre de leur propre corps vers l’inconnu. Et, le cris des enfants perdus dans le désordre d’une ville sans contrôle, ou du moins contrôlés par une espèce ne se nourrissant que de sang bien caillé dans le bol de la malhonnêteté. C’est une société haïtienne en putréfaction, tout est sujet de vol, tout est sujet d’opportunités pour un minable groupe de voyous qui complètent leur forfait contre un peuple déjà à bout de souffle.

Que vous soyez ici ou à l’étranger, sachez que nous sommes tous concernés. Les délinquants légaux n’œuvrent pas par puissance, mais de préférence par le fait que les potentielles puissances, les voix libertaires, l’élite intellectuelle leur offrent carte blanche. De ce fait, il est impérieux de reprendre le contrôle de la situation de manière à faire souffler sur la terre chère à nos vaillants héros un vent d’espoir et de développement.

Dans son œuvre poétique publiée en 1939 intitulée « Cahier d’un retour au pays natal », Aimé Césaire, écrivain et homme politique martiniquais du XXe siècle, nous disait : « Et surtout mon corps aussi bien que mon âme, gardez-vous de vous croiser les bras en l’attitude stérile du spectateur, car la vie n’est pas un spectacle, car une mer de douleurs n’est pas un proscenium, car un homme qui crie n’est pas un ours qui danse…» Cela dit, en gardant le silence devant si crapuleux actes, en restant inactifs nous ne faisons que consentir aux forfaits de ces ignares qui se veulent honorables, on doit agir. Bref !

À la prison les voleurs !
Aux centres psychiatriques les déréglés mentaux !
À l’élite intellectuelle consciente la gouvernance du pays !

Car, HAÏTI doit inexorablement revivre !

Alors,

Élite intellectuelle du pays, à vous la main !

Mes civilités !

Chrismann Jean-Jacques TOUSSAINT
t.chrismann05@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s