Sénateur Patrice Dumont s’adresse avec minutie aux institutions de contrôle d’Haïti – AZ-INFOS

Le vendredi 13 juillet 2020, le sénateur Pierre Paul Patrice Dumont s’est adressé aux organismes de contrôle d’Haïti tels que : l’UCREF, l’IGF, la CSC/CA, la CNMP et l’ULCC sur de sommes faramineuses gaspillées par les différents gouvernements qui se sont succédé dans le pays durant les vingt dernières années. Lequels gaspillages qui noient la grande majorité de la population haïtienne dans une misère noire.

<!–more–>

En effet, sénateur Dumont a surtout attiré leur attention sur le fait que ces fonds, pourtant alloués à des projets de développement et de programmes sociaux, ont été utilisés à des fins personnelles. En fait, une somme avoisinant les 34 milliards de dollars ont fait fond sur les 20 dernières années, selon l’élu de l’Ouest. Ainsi compté, il n’en a pas inclus les 12 milliards de dollars accusés comme déficit à travers la contrebande sur la frontière Haitiano-dominicaine et les fonds Petrocaribe.

Entre autres, il a mentionné les sommes les plus à vue, citons : les 10 milliards de dollars de la CIRH, les 4 milliards de dollars dans le commerce des produits pétroliers et les 63.5 milliards de gourdes accordés comme franchise de l’État à des particuliers durant le dernier quinquennat.

En outre, il a relevé les 55 millions de dollars de la gestion de covid19, les 27 millions de dollars gaspillés avec la Dermalog et les 123 millions de dollars dilapidés dans la question de caravane. Plus loin, l’orignaire de Léogane n’a pas mâché ses mots pour pointer les 168 millions de gourdes accordés à la chambre des députés en 2019 comme frais de buffet et 89 autres millions de gourdes passés aux sénateurs.

Sénateur Pierre Paul Patrice Dumont a donc attiré la bienveillance de ces institutions concernées sur ces gabegies économiques accouchées dans le pays par différents gouvernements. À cela, ces organismes sont appelés à mener des enquêtes et réaliser des audits à travers la Douane, la DGI, les organismes autonomes de l’État et l’administration du parlement et du palais national. Et ce, dans le but de faire lumière sur ces différents fonds susceptibles de développer le pays, mais piteusement gaspillés sur les deux dernières décennies par divers pouvoirs politiques.

Pour le fait, ces dénonciations et mises au point sont relevées par un homme avisé, un sénateur en fonction. Ceci étant dit, n’est-ce pas une preuve tangible que lesdites institutions de contrôle ont consenti et ont également participé dans le gaspillage de ces fonds publics ? Ainsi fait, ne sont-elles pas en profondeur des institutions embourbées de corruption ?

Chrismann Jean-Jacques TOUSSAINT
t.chrismann05@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s