Qu’entend-on par anorgasmie chez la femme ? Quels en sont les types et les traitements possibles ? – AZ-INFOS

La rédaction d’AZ-INFOS TGV reçoit une nouvelle fois le docteur Jean David LAURANGILLES pour un nouveau numéro de la rubrique hebdomadaire traitant de la santé. En effet, aujourd’hui le docteur aura la tâche de nous parler de l’anorgasmie féminine : définition, symptômes, types, les traitements y relatifs et les comportements à adopter par les femmes pour s’en sortir.

À prime abord, il convient de faire une large présentation du terme en question :

– En fait, l’anorgasmie féminine est un problème qui affecte de nombreuses femmes, provoquant un grand inconfort psychologique et émotionnel. Dans le passé, on ne parlait pas de la vie sexuelle des gens. Il importait peu qu’il soit satisfaisant pour les femmes ou non, car son rôle n’était que reproductif ou en tant qu’objet du désir masculin, mais sans droit de jouir.

Heureusement, nous sommes de plus en plus conscients de l’importance de cette facette de notre existence et de la façon dont elle influence notre santé physique et mentale. Le rôle des femmes est devenu pertinent et sa sexualité commence à prendre un sens beaucoup plus large. Il reste encore beaucoup à faire, il est donc important de ne pas tenir le problème pour acquis et de continuer à avancer.

En outre, aussi curieux que cela puisse être, les problèmes de dysfonction sexuelle féminine sont plus fréquents qu’on ne le pense. Ainsi, selon une étude réalisée par l’Université de Ratisbonne en Allemagne et publiée dans le magazine BMC Womens Health, entre 30 et 40% des femmes ont déjà souffert d’un certain type de dysfonctionnement.

À ce fait, la modestie et l’indécision lors de la demande d’aide limitent sans aucun doute la possibilité de jouir de relations sexuelles complètes et satisfaisantes.

Venons-en docteur Laurangilles, qu’est-ce qu’on entend réellement par anorgasmie féminine ?

– L’anorgasmie féminine ou l’orgasme féminin inhibé est l’absence persistante ou récurrente ou le retard de l’orgasme après une phase normale d’excitation sexuelle. Autrement dit, la femme ressent un désir sexuel, mais ne parvient pas à atteindre le pic intense de plaisir qui est atteint avec l’orgasme.

Combien de types d’anorgasmie féminine distingue-t-on docteur ?

– Justement, les spécialistes établissent l’importance de différencier trois types d’anorgasmie que nous allons rapidement découvrir :

ANORGASMIE PRIMAIRE : c’est la catégorie des femmes qui n’ont jamais pu atteindre l’orgasme.

ANORGASMIE SECONDAIRE : se réfère à une partie de cette population féminine qui a pu jouir d’orgasmes à un moment donné. Cependant, plus tard, et pour quelque raison que ce soit, elles ont cessé d’en faire l’expérience.

ANORGASMIE SITUATIONNELLE : fait référence à la particularité d’avoir des orgasmes uniquement dans certaines circonstances.

Docteur, quells sont les principales causes susceptibles d’entraîner l’anorgasmie féminine ?

– La revue Socioaffective Neuroscience Psychology a publié une étude réalisée par l’Université d’Helsinki où elle a analysé les causes possibles. La réalité est qu’il peut y avoir plusieurs facteurs. Voyons les plus courants :

D’une part, l’éducation sexuelle que la personne a reçue a une influence notable.

Le facteur culturel et les idées préconçues revêtent également une grande importance dans de nombreux cas. Il y a toujours une idée fausse aujourd’hui selon laquelle une femme doit toujours atteindre l’orgasme par pénétration, alors que la réalité est que c’est le plus souvent par stimulation manuelle ou orale du clitoris.

Par ailleurs, une stimulation faible ou inexistante de cette zone peut être l’une des causes de ce problème. Cela peut également être la présence d’un biais d’attention envers son propre comportement ou une auto-observation excessive pendant l’acte sexuel, ainsi qu’une série de pensées négatives obsessionnelles sur ses performances.

Entr’autres, l’étude précitée nous apprend que seulement 7% des anorgasmies féminines ont une cause organique, où les problèmes d’alcool, hormonaux et endocriniens peuvent favoriser son apparition. Néanmoins, dans la plupart des cas, la cause est psychologique.

D’autre part, il existe également un autre facteur d’une grande pertinence. C’est celui qui fait référence au fait qu’il y a ou très peu d’histoire de la masturbation féminine, donc des fantasmes sexuels toujours nécessaires (lutter contre eux est un facteur de risque).

Enfin, il convient de garder à l’esprit que certains médicaments peuvent contribuer à avoir des difficultés à atteindre l’orgasme.

Fort de tout cela, comment venir à bout de cette maladie docteur ?

– Comme nous le savons déjà, de nombreuses causes d’anorgasmie féminine sont d’origine psychologique. Pour cette raison, il est important d’effectuer un traitement avec un psychologue approprié. Pour être efficace, il doit avoir un pilier fondamental: la psychoéducation et l’éducation sexuelle.

De ce fait, il est important que les femmes comprennent la nature de ce qui leur arrive et leur sexualité. Encore, il est essentiel qu’elles comprennent comme irrationnelles les croyances qu’elles chérissent et qui manquent d’une base réelle.

En plus de travailler sur les connaissances et les idées sur le sexe, vous devez également faire un travail pratique. Cela devrait être personnalisé pour chaque femme, mais devrait inclure des exercices de concentration sensorielle et de stimulation.

Tout d’abord, elle devra explorer progressivement son propre corps jusqu’à ce qu’elle atteigne l’orgasme, puis elle devra enseigner à son partenaire le type de stimulation qu’elle souhaite ressentir, ce plaisir caractéristique.

Pour cette dernière raison, il est également important d’inclure une formation aux compétences sociales et aux techniques d’affirmation, car l’amélioration de la communication au sein du couple et des compétences relationnelles est une étape fondamentale pour réussir le traitement. Comme nous l’avons vu, l’anorgasmie féminine est un problème qui peut être surmonté .

Fort de tout cela, les femmes sont appelées à une connaissance approfondie de leur corps ; à discuter en profondeur avec leur partenaire sur leur nature et le mode de plaisir qui leur conviendrait le mieux.

Une fois de plus, l’équipe d’AZ-INFOS TGV dans toute son entièreté remercie docteur Jean David LAURANGILLES pour cette belle envolée autour de ce sujet combien important. Le cap est donc fixé sur une prochaine rubrique encore plus intéressante.

Bonne lecture !

Chrismann Jean-Jacques TOUSSAINT
t.chrismann05@gmail.com

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s