La Police Nationale d’Haïti en putréfaction : Que nous en reste-t-il ? – AZ-INFOS

La Police Nationale d’Haïti (PNH) fait probablement face à la période la plus désastreuse de son existence, disons depuis la date de sa création, soit le 12 juin 1995, dans le but d’assurer la sécurité des vies et des biens des citoyens, surtout après la dissolution des Forces Armées d’Haïti (FAD’H). En effet, y ont pris place, ces derniers temps, des scènes horribles, des prises de positions houleuses et des controverses qui traversent les âges; l’institution est entrain de passer largement à côté des missions pour lesquelles avait-elle pris naissance.

À l’article 7, alinéa 3, de la loi du 29 Novembre 1994 portant création à la PNH, il est dit que cette institution est là pour : « Maintenir l’ordre, la paix, la sécurité, la tranquillité et la salubrité publique ». Cependant, évidence est de constater que ce sont des missions totalement vilipendées. À cela, des policiers font face à d’autres réclamant de meilleures conditions de travail : oui, policiers contre policiers, inédite scène en Haïti. Ainsi, ne font-ils pas tous face aux mêmes situations délétères ? Merci M. Rameau ! Encore, des policiers dont les noms sont régulièrement cités dans de louches affaires, des têtes de la PNH en connivence avec des criminels notoires. Dirait-on qu’ils sont plus enclins à protéger des maisons privées, des personnages privilégiés que le reste de la population dans ses déboires sur le plan sécuritaire, alors que leur devise est de protéger et servir les vies et les biens des citoyens. Le comble est que certains d’entre eux, pas des moindres, sont impliqués dans des massacres perpétrés dans les quartiers populaires. Que nous reste-t-il de cette institution en putréfaction ? N’est-elle pas en voie d’extinction ?

Regardant les embrouilles dans lesquelles a pris naissance le Syndicat de la Police Nationale d’Haïti (SPNH); des manifestations émaillées de violence, des déclarations incendiaires contre les principaux responsables de l’institution, aujourd’hui, on se demande si ce n’est pas un syndicat accepté juste pour passer à l’étape d’anarchie suivante.

En plus, le mode de recrutement de la PNH laisse vraiment à désirer, ceci se fait avec tellement de nonchalance que de nombreux brigands viennent s’y installer juste pour légaliser leur tête de cruel affirmé.

Que peut-on attendre d’une institution instrumentalisée par un pouvoir qui ne cherche qu’à assurer la protection de son mandat ? Ces policiers qui réclament de meilleures conditions de travail avec casses et fracas dans les rues sont les mêmes à massacrer les lycéens, les étudiants, les citoyens paisibles lorsqu’ils protestent contre l’insécurités et réclament que soit respecté le droit à la vie dans le pays. Ces agents font usage abusif de gaz lacrymogène sans que cela soit pour autant nécessaire. Ils répondent toujours présent pour se mettre face au peuple, malgré qu’ils sont du peuple, c’est comme la fameuse couleuvre qui se mord la queue. Tandis que, au bas de Delmas, des maisons pillées et incendiées, des citoyens tués, aucune force de l’ordre pour répondre aux cris de désespoir de ces victimes. Qui semblent payer le prix fort d’être haïtiens.

En outre, des directeurs, des inspecteurs, des commissaires, des chefs de service qui ont vendu leur âme aux démons juste pour assurer la défense de ceux qui gardent le peuple dans ce laminoir de misère. Ces mafieux de la politique et de la bourgeoisie d’affaires qui pérennisent ce théâtre de corruption, car ce n’est que de cela qu’ils grossissent leurs capitaux.

Que dire de Fantom509 ? Ces femmes et hommes révoltés contre le traitement dont ils sont l’objet au sein de la PNH, qui décident de revendiquer, pas de la meilleure des façons, car prendre les rues armes en mains, encagoulés, à tirer dans tous les sens, à incendier des véhicules affectés au service de l’État, à troubler le fonctionnement de la population au point qu’on se demande s’ils sont réellement des policiers, ces états de fait portent plus d’un à la perplexité.

Que dire de G9 en famille et alliés ayant à sa tête un ancien membre de la PNH, Jimmy Chérizier dit Babekyou., cette structure constituée de hors-la-loi s’exerce comme si elle était la plus légale du pays. C’est donc une institution policière déchirée dans tous ses compartiments. Haïti respire la honte !

Dans cet état délétère, comment sauver le seul corps armé légal du pays ?

Pendant que Normil Rameau promet de la sécurité sur toute l’étendue du territoire national les bandits s’affichent en veux-tu, en voilà. Il est donc l’heure de nous rendre compte que cette institution a perdu les pédales. Ceci étant dit, il faut la repenser. La PNH ne doit plus être un voile pour cacher le visage de bandits, ni un instrument de l’Exécutif pour assurer la maintenance du pouvoir.

Aujourd’hui, il est d’une évidence immaculée, l’institution policière ne fait plus honneur aux lois républicaines. Revendications, révocations, démissions, guerres internes à n’en plus finir, incapacités…, c’est entre autres ce qui résume ce volcan actif de bêtises qui ne dégage que de la puanteur .

Normil Rameau, que nous reste-t-il de la PNH ?

Policiers.cières, que nous reste-t-il de la PNH ?

Rockfeller Vincent, que nous reste-t-il de la PNH ?

Joseph Jouthe, que nous reste-t-il de la PNH ?

Jovenel Moïse, que nous reste-t-il de la PNH ?

Il est vraiment temps que vous cessiez de jouer au cash-cash sur la vie des citoyens conséquents d’Haïti qui gardent encore leur échine droite. Faites un coup-d’œil au rétroviseur de l’histoire et vous verrez que vous ne faites rien d’autre que salir l’image de ce bout de terre, mère d’indélébiles histoires !

Cessez, de grâce, de présenter au pays comme fresques les tas d’immondices que vous, à dessein, n’hésitez pas de peindre !

Une autre pensée pour HAÏTI !
Une autre pensée pour la PNH !

Mes civilités !

Chrismann Jean-Jacques TOUSSAINT
t.chrismann05@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s