Une nuit noire sans jour en Haïti – AZ-INFOS

Il fait nuit;
Une nuit noire;
Une nuit terriblement en désarroi. Une nuit noire ennuyeuse. Dans une Haïti sans nom, sans identité, sans famille, enfin, un pays fantôme, absurde, ridicule, tête en bas, nous sommes vivants à constater la mort de nos vies.

La lune, apeurée, s’était cachée de l’autre côté de la terre. Dans le village du diable, cette nuit terriblement noire fait taire la raison, fait étouffer les éclats de rire de tout horizon et fait peur même à la paix. Des évènements au cours desquels les liens se tissent dans les jeux d’allusion et d’illusion de la vie et de la mort, une Haïti où revendiquer est synonyme de mourir.

Par cette nuit terriblement noire dans le village du désespoir, la jeunesse qui refuse de fuir assiste au passage du fameux mot « travail » escorté par chantage, favoritisme, népotisme, harcèlement… En somme, l’inégalité de chance qui, pour ridiculiser la science, donne le gouvernail à des gens sans science et sans bon sens.

Dans la nuit sans jour, la mort 100 jours préoccupe notre esprit et notre chair est sans os dans l’assiette de Izo, un des monstres créés par nos politiciens sans cœur.

Espérance, droit de l’homme, Pierre à la main en position d’attaque: ceci prouve qu’il y en a qui peut toujours espérer son support. Tombée de yon ti lapli dans la grande ravine de Port-au-Prince se fait accompagner du kidnapping, du vol, de la mort etc… C’est peut-être la volonté de dieu dans son village !!!

Avec ou sans raison, Personne ne sait, ici ce que veut dire ces mots : Démocratie, vive, ha bas , Corruption ,Droits Humains , Police privée , l’état privé , Sécurité privée Hommes de mains Hommes de mains en mains. C’est mieux comme ça, non ? Pas vraiment ! Pourtant, Il fait toujours nuit dans nos chambres, dans nos cerveaux.

Dans une nuit noire, où la rue est déserte, le jour est sombre, la nuit est sans jour.

Par le temps qui court, il n’y a que les fantômes qui ne résonnent pas, ohhh non, qui ne résonnent plus, pour marcher une telle rue politisée et fragilisée.

Aujourd’hui, sans épée mais plutôt armes en mains, Simon empêche aux fantômes de rouler une Mazda sur la route de l’aéroport. Et toi TonTon Sam, que comprends-tu ? Il semble très difficile même pour les plus grands leaders d’opinion d’expliquer avec une formule quelconque comment la circulation même d’un agent de la PNH est sous contrôle des tous les puissants gangs armés de tout bord. Oncle Sam, tu n’as toujours rien à dire ?

Il fait encore nuit, une nuit terriblement noire. Une nuit sans espoir de jour. Haïti sans parlement, sans justice, seul après Dieu au commande avec une bande de menteurs à ses côtés. Sans lenteur ni réserve ils malmènent la constitution avec des décrets, des décisions, des dispositions, à quoi les cerveaux ramollis ne réagissent pas, donc ne consomment plus.

Alors, qui est fou ? Voulez-vous éliminer les vrais fous ? Ben, efface-toi avec un décret !

Il fallait se lever tôt pour savoir quand il fera jour. Il fallait aussi du temps pour retrouver ta chance ou ton jugement dans les piles de dossiers épais, crasseux, dans des bureaux de la 3ème circonscription ou chez les bons dieux d’Haïti. Il fallait revenir sur terre pour comprendre pourquoi jusqu’à la fin de mon texte, il fait encore nuit et la nuit est toujours sans jour.

Pensez-vous que cette nuit annonce quelque chose ?

John Sterley Joseph josephjohnsterley92@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s